La RSE comme outil de pilotage du changement

La RSE comme outil de pilotage du changement, c’est le thème d’une récente intervention que j’ai eu le plaisir de conduire pour une association régionale d’innovation, qui depuis un an réfléchit à l’intégration du développement durable dans l’expertise qu’elle offre aux entreprises. Elle a lancé en son sein une démarche RSE afin de pouvoir s’appuyer sur cette expérience auprès de ses clients.

Par un processus participatif, des groupes de travail ont été lancés sur des thèmes identifiés par les collaborateurs et hiérarchisés par la direction.  Ils couvrent une vaste palette de sujets sociaux et environnementaux allant du télétravail à l’efficacité énergétique en passant par la sécurité des données informatiques.

Il est à noter que cette démarche RSE s’opère dans un contexte de changement organisationnel important qui suscite naturellement des attentes, des inquiétudes mais aussi des espoirs au sein du personnel.

Nous avons déjà vu ici que mettre en place une démarche RSE constitue un changement qu’il faut conduire et accompagner. À l’inverse, il est également intéressant de se demander comment les principes de Développement Durable peuvent servir à piloter le changement. J’entends souvent dire que faire de la RSE/RSO c’est savoir appliquer le bon sens. Or j’associe conduite du changement et bon sens.

Si l’on devait définir des principes de la RSE comme outil de pilotage du changement, je retiendrais ceux-ci:

  1.  Associer pleinement les parties prenantes dans le changement afin qu’elle soient entendues, comprises et qu’elles deviennent elles-même actrices du changement. Mettre en place une structure de pilotage qui intégrera ces parties prenantes.
  2. Communiquer de façon claire et transparente sur le changement: origine, objectifs, déroulement.
  3. Responsabiliser les gens, en leur donnant un pouvoir d’action.
  4. Identifier et transférer les compétences nécessaires pour mettre en oeuvre le changement.
  5. Prendre en compte le critère environnemental à la fois dans le changement produit et la façon de le produire.
  6. Prendre en compte les risques psychosociaux liés au changement: commencer par une étude d’impact (psycho-)social du changement.

Mais surtout la RSE peut nourrir et améliorer le changement. Ainsi au cours de cette animation, nous avons permis aux participants d’exprimer les bénéfices perçus dans la démarche RSE: sont ressorties l’émergence d’une intelligence collective et une bonne innovation potentielle dans l’offre de services.

La RSE peut donc être un outil de pilotage du changement et aussi de l’innovation, en mobilisant l’ensemble des acteurs d’une organisation.

3 comments

  • Bonjour,

    J’apprécie beaucoup l’approche de votre article qui place l’implication des collaborateurs au centre du changement.

    Les plans RSE, souvent très vaste, sont parfois mal compris. Souvent, les effets sont peu visibles au quotidien par manque de communication. La mise en place d’outil de visualisation, la communication, les tableaux de bord sont alors au coeur de la problématique.

    Félicitation pour votre travail.

    Nicolas Declerck

    • Christophe Lastennet

      Bonjour Monsieur,

      Mille fois désolé de ne voir votre commentaire qu’aujourd’hui. Merci beaucoup. Je suis entièrement d’accord, tout ce qui peut permettre à la démarche d’être plus visible, plus crédible et plus bénéfique est essentiel.

  • Sara

    Bonjour,

    Svp, Est-ce que je peux avoir votre intervention complète, j’en ai vraiment besoin pour mon mémoire qui traite la responsabilité sociétale des entreprises comme moteur de changement des organisations. J’en serais très reconnaissante. Merci d’avance.

    Cordialement

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *